Être chef, c’est maîtriser des codes, des acquis, des références culinaires.

Cuisiner, c’est s’approprier des couleurs, des textures, des parfums et des saveurs. On observe, on projette, on agence. On prépare mûrement son dressage par un lent travail de l’esprit. De là naît un univers culinaire qui nous est propre, une sensibilité artistique que l’on cherche plus ou moins à affûter.

Pour moi, une autodidacte décomplexée et nourrie à l’audace, la créativité est l’expression libérée d’une fantaisie iconoclaste, la déclinaison à l’infini d’une originalité disruptive qui provoque les sens et bouscule les repères.

J’aime me laisser aller à mon intuition qui m’inspire des associations inventives, des compositions inattendues, des alliances modernes qui nourrissent la curiosité de mes clients dégustateurs.

La tradition est un socle inébranlable mais l’imagination et la curiosité sont les condiments savoureux pour déconstruire, improviser, réinterpréter un plat ou un aliment. Il m’est essentiel d’y mettre une empreinte subjective pour m’affranchir et me différencier.

Selon moi, la liberté d’oser, la liberté d’être soi est, en cuisine, aussi importante que la volonté de flatter le palais de celles et ceux qui me confient leurs papilles.

Bonne création !